Recherche X Stars


Vidéos X Gratuites

X Stars en Ligne







Dorcel Club




Stars du X en Live Cam
X Stars dans ' Dark City ' : La Chronique de Flesh

X Stars dans ' Dark City ' : La Chronique de Flesh


" Il y a de quoi se perdre dans le nuage tentaculaire du « catalogue Dorcel ». En effet, un petit tour sur l’excellent site de VOD Dorcelvision.com nous apprend, très vite, qu’il nous est actuellement offert en choix bien plus que des productions Marc Dorcel … On peut y voir rien qu’en productions françaises des films des studios Alkrys,  JTC, Philippe Cochon Prod , Dorcel TV ou encore Fred Coppula Prod … et en production américaine du Digital Playground, du Harmony ou du Daring … pour ne citer toujours au hasard que quelques exemples non exhaustifs montrant, si besoin est qu’on n’a pas que du Marc Dorcel, l‘étendue du catalogue est bien plus global...

Même pour ce qui est du studio  Marc Dorcel, on a également plusieurs catégories … Entre autres, des films produits par le studio Marc Dorcel, et des films produits ailleurs et distribués en France dans le catalogue Dorcel. Nuances importantes. Ainsi, le film dont je vous propose ce jour la chronique est une production Adam & Eve distribuée par Dorcel. Ce n’est pas Dorcel qui a piloté le projet de A à Z.

Pour bien le notifier, vous remarquerez une différence dans le libellé en haut du recto du DVD : si vous voyez Marc Dorcel écrit en grand, c’est bien un film produit par le studio Marc Dorcel … et si vous voyez écrit « une sélection Dorcel … » il s’agit d’un film produit (en général à l’étranger) bénéficiant d’une distribution française par Dorcel (un peu comme Colmax réalisant des versions sous titrées français de films de Vivid tel ' Superman XXX ').Enfin, si vous ne voyez aucun libellé Dorcel, c’est le film en VO tel qu’il est disponible dans le pays d’origine (même jaquette, même version) et distribué en France dans le catalogue Dorcel entre autres filières de distribution.

Ce ' Dark City ' est donc dans le deuxième cas : il comporte un libellé « une sélection Dorcel » et est en version française. Cette introduction purement informative étant faite – notez que c’est bien entendu un résumé simplifié, c’est encore un peu plus compliqué en réalité - nous pouvons glisser la galette dans notre lecteur DVD … et apprécier.

Dark City … Of Angels : de Dick Tracy à L.A. Noire

Les premières secondes annoncent bien la couleur : déjà, on a du noir et blanc, et on voit un privé solitaire,  tel que nous l’annonce la classique voix off « autobiographique » reflétant ses pensées privées pendant qu’il nous présente son patronyme – Nick Caprice (Dick Tracy étant déjà pris depuis belle lurette) - et sa ville - Los Angeles -. Il s’allume une cigarette et pas de doute, avec une intro pareil, on ne peut être que dans un polar ! S’en suit un court générique très stylé qui rappelle un peu ' Sin City ' de par la palette très graphique utilisée et qui met en exergue le héros et l'héroïne principale, Ava Rose et Tommy Gunn donc. On revient à notre bon homme de loi. Il longe les rues de la cité des anges, toujours plongées dans le noir et le blanc. Sous une musique lugubre et mélodieuse qui présente en blanc le reste du générique.

Avec l’apparition du technicolor, les premières jolies femmes entrent dans le champ. Elles portent des costumes très « années folles » et avec le fouillis très à propos qu’on distingue sur le bureau de notre héros mariant les feuilles d’empreintes digitales avec un très vieil appareil photo métallique, on jurerait l’introduction d’un film hollywoodien des années 50 portant sur cette période !

Au moment où j’écris, se vend comme des petits pains la dernière production de jeu vidéo des studios Rockstar – les fameux créateurs de GTA – ' L.A Noire ' et vous ne pouvez probablement pas échapper à leur campagne de publicité incontournable. Voilà, vous l’avez saisi, cette ambiance que je tenais à fidèlement retranscrire. C’est exactement ça, Hollywood en moins.

Maya Hills et Ava Rose entrent en scène

Bien sûr , l’une des deux femmes, que joue la très belle Maya Hills ,  est la secrétaire du privé …on s’en serait douté. De l’entendre présenter la deuxième dame – la cliente, vous l’avez en même temps que moi deviné,  avec bien sûr sa robe de ville surmontée d’un boa blanc touffu soulignant sa haute caste – est l’occasion pour moi de répondre à une grande interrogation je le devine : le doublage français est parfaitement crédible. Ambiance maitrisée, dialogue « actor’s studio » en perspective, jolies fifilles … une blonde secrétaire et une brune femme fatale  … On a là déjà tous les ingrédients d’un grand film ! Reste à voir comment va s’en dépatouiller le réalisateur et son équipe. That is the question… et puisqu’on a là un film scénarisé - et un polar par-dessus le marché ! – il serait peu urbain de ma part de vous le raconter scène après scène. Donc, ne vous inquiétez pas, je vais m’appesantir seulement sur l’ambiance, le rythme et les trouvailles de la mise en scène de Ethan Kane (tiens ? ça me rappelle ' Supercopter ' ? oui, je sais rien à voir …nin nin nin nin nininin nin ninin …) et bien sûr de sa façon de filmer l’acte pornographique, celui qui ici nous meut tous et qui dans un tel film est tout à la fois la moitié du gâteau et sa cerise … Je vous passe donc la teneur du dialogue entre le héros et l'héroïne.

Par contre, je ne ferais certainement pas la même impasse sur les attitudes de l’une et de l’autre. La manière dont Ava Rose hausse des yeux est un acte de séduction on ne peut plus efficace et toute sa gestuelle n’a rien à envier à celle d’une Scarlett Johansson dans ' le Dahlia Noir ', bravo à elle ! Et bravo à Ethan Kane qui pense à filmer ses  têtes d’affiche en les collant bien à gauche pour l’un et à droite pour l’autre, comme pour mieux  souligner le duo qu’ils vont bientôt former. Effet simple mais solide. La fumée de la super longue cigarette de la riche demoiselle accentue la pesanteur de son discours. Et son côté magicienne du charme. Comme il se doit. Ava Rose et Ethan Kane vont en faire des tonnes, car c’est là et maintenant qu’ils doivent convaincre avec leur sauce polar 1930 parfaitement revendiquée.

Outre les costumes impeccables -  Tommy Gunn a même, en plus du trois pièces gris, la moustache de l’entre-deux guerres tandis qu' Ava Rose a son chapeau couleur de robe, une boucle d’oreille qui brille et une mouche en diamant sur une joue – et les jeux de cadrages déjà évoqués, les zones d’ombres subtiles et les silences riches en non-dits sont tout à fait maitrisés. Et nous accrochent effectivement avec le personnage sublimmement bourgeois d’ Ava Rose.

Le Pouvoir Erotique d' Ethan Kane

Le retour de la voix off, la conscience du détective, ponctuant combien la fille est mignonnette, enterre les doutes qui pouvaient rester : on est revenu 80 ans en arrière et bon sang on y croit.
Au cas où, Ethan Kane ne nous lâche pas. Il filme, pendant qu’elle parle, le reflet d’ Ava Rose, instillant ainsi le doute quant à sa sincérité déjà … Il zoome doucement sur le visage du détective Nick pendant qu’il se perd dans les suppositions, nous donnant ainsi l’impression de voyager dans ses pensées. Il donne de l’importance à sa protagoniste en filmant en contre-plongée …

Lorsque le discours de la belle se focalise sur un événement fracassant, un bref flash back joué à toute vitesse et empruntant un joli rictus à Ron Jeremy, se déroule donnant ainsi une impression d’action que ce qui est filmé ne donnerait guère autrement … A ce moment précis, on est dans l’intrigue du polar, et nulle part ailleurs. Ethan Kane nous prend alors à contrepied en re filmant un contre-plongée mais de telle manière qu’on voit sous la robe de la riche demoiselle. Cette succession de cadrage donne à ce simple instant un pouvoir érotique énorme.
Bien sûr, l’intriguante use de ses charmes pour conquérir l’aide du détective. Mais notre Nick ne peut pas de là où il est voir sous la robe de la fille. Seul nous le pouvons quand Ethan filme par le bas. Ainsi, Ava Rose nous conquiert, nous public impatient d’assister à la fameuse scène de baise de l’avant fin des cinq première minutes, en parallèle.

La cliente partie, une brève temporisation de la caméra sur le visage en gros plan de la secrétaire du privé nous fait vite comprendre qui Nick va niquer.
Et bien non ! Après un rapide échange, les deux personnages se séparent. Le privé s’en va seul, longuement, démarrer son enquête. Et le film est commencé depuis sept minutes zero cinq … que, certes, on n’a pas vu passer, capturé. Un habitué saute alors de sa chaise en s’exclamant : " Mais, est-on bien dans un porno là ? "
Ouf …et bien oui, à sept minutes zero sept précise, une troisième fille apparait à l’écran … Elle est nettement moins habillée, et en bonne star de cabaret, a de quoi inviter la sphère X dans notre spectacle. Le privé a besoin de niquer pour se calmer de l’échauffement de ses sens un peu plus avant dans la journée. Aussi, sans autre cérémonie,  il se sert comme il peut.

A notre grand plaisir ? Certes, oui puisque nous voilà comblé … N’empêche, cette première scène de baise est aussi la première chausse-trappe, hantise du film porno avec scénario.
Il y a en effet un enjeu de taille ! Que les longues minutes de luxure qui nous attendent ne renvoient pas la noire ambiance, le « dark » devant « city »,  déjà félicitée à un lointain passé.
Mais Dorcel sous-titre « un film noir et excitant à la fois. ». Est-ce la vérité ? Nous allons voir. Est-ce que Ethan réussira à surmonter ce grand défi où tant et tant s’y sont en pure perte essayés ? Nous allons décortiquer cela.

' Dark City ' : Scène 1 avec Marie Luv et Tommy Gun

La musique reste au moins au diapason de la précédente, il n’a pas failli en cassant son ambiance avec un tube plus Rocky. Réussir à être excitant sans casser le rythme de l’histoire. Voilà tout le challenge du réalisateur de film pornographique scénarisé lorsqu’il filme et monte ses scènes pornos. Première pipe … Elle est bien faite, rien à dire. Et filmée convenablement, avec notamment quelques longs plans de caméra un peu écrasants amenant un peu d’oppression, et donc restant dans le ton du scénario. Pour le moment, c’est du tout bon. Grâce à la musique et aux cadrages lents ...

Les gros plans sur la bouche de Marie Luv – une fameuse performeuse  - sont techniquement parfaits : pas de zones d’ombres, grain de l’image parfaitement défini. Même dans la lumière tamisée que nous avons ici, rien ne reste caché. Une pénétration en face cam suit cette entrée en matière pornographique. La bande son devient moins sombre, plus rythmée, ce qui s’impose afin de suivre la vitesse des va et vient du couple. Et, on se le dit, rappelle que d’après le scénario, le privé vient là pour justement trouver un peu d’air, se faire plaisir pour cuver sa frustration.

Le décor lui ne change pas, et la caméra filme aussi les murs de la pièce. Ils font penser à la room d’un bordel, avec des dominantes rouges, ce qui est là encore en accord avec le scénario. La musique ressemble de plus en plus – c’était déjà le cas avant – à celle de Vangelis pour ' Blade Runner ' ;  en moins bien, car il est impossible de dépasser la perfection ceci dit. C’est là un coup de maitre d’Ethan Kane, car il n’y a sans doute aucun film susceptible de planter jusqu’au bout du manche du couteau l’ambiance du privé solitaire mieux que celui de Ridley Scott avant lui. En voyant baiser – fort bien ! – Tommy Gunn avec Marie Luv , la musique nous transporte presque dans les appartements de  Rick Deckard lorsqu’il se siffle son verre de sky tout seul un œil rivé sur le devenir de la mégalopole qui le fait survivre, les pensées tournées vers la belle Rachel qu’il vient de rencontrer et qui déjà ne la lâche pas (on a d’ailleurs une certaine similitude dans les jeux de regards de Rachel avec ceux du personnage d’Ava Rose au début du film … héhé aurais-je trouvé d’où vient la subtile inspiration d’Ethan Kane en l’occurrence ? la musique puis les mimiques – elles deux fument le même porte cigarette je crois et avec le même regard perçant de toutes les séductions  - ça fait beaucoup … déjà d’une pierre deux coups forcément) …
Par ce traitement musical et ce qu’il induit presque, en tout cas pour moi, on reste évidemment dans l’ambiance du film. Malgré la baise effrénée et sympathique en sus.

Lors de la partie de jambes en l’air, la caméra filme souvent également au premier plan l’insigne de police de Nick. Autre élément efficace pour nous remettre de temps en temps sur les rails de l’intrigue. Visiblement, le cinéaste était conscient de ce qu’il risquait à mal filmer cette première scène X. Moi, je suis ravi et excité car la façon dont cette scène évolue sans abimer l’intrigue du film est la preuve que c’est possible d’y parvenir. Moyennant les bons choix ! Et cela n’entame pas non plus la scène de baise, car on a assisté à une étreinte de haut niveau, avec par exemple un booty shake de Marie Luv en pleine pénétration vaginale. Ou de beaux jeux d’écartés de jambes de sa part. Ainsi qu’un finish en joli facial. Comme un changement de parchemin en plein sortilège, ou bien une pause au milieu d’un message en morse ou d’une partition, le fil du film reprend sans nous avoir donné l’impression d’une interruption.. D’autant qu’il s’avère vite que l’encart sexuel est partie prenante du scénario : notre Nick est un accroc au sexe, et cela nous a été ainsi démontré. Superbe mise en scène.

' Dark City ' : Scène 2 avec Ava Rose et Tommy Gunn

Et retour à la chambre de Caprice/Deckart… On a bien sûr une bouteille de whisky à moitié vidée … sur une table emplie de papiers mal rangés. La musique induit clairement qu’il va se passer quelque chose, par des notes soient inquiétantes soient mystérieuses, soit les deux … Je parie que c’est la bourgeoise qui s’est cachée dans un coin de la pièce et qu’ils vont faire pleins de trucs ensembles ! J’avais presque deviné .. En fait, en pensant à elle, il s’endort sur un canapé dans son appartement lugubre, son pistolet sur les genoux … et il rêve qu’ils se retrouvent. Elle lui dit des mots doux, bien que quelque peu étonnants dans le contexte … 
Puis, Ava Rose embrasse Tommy Gunn avec cet air infiniment condescendant qui montre combien le baiser est pour elle tout à la fois peu de chose, offrande sacrée et séduction évidente  ... Ce baiser éloquent débute donc une belle scène entre Tommy Gunn et Ava Rose. Celle-ci est d’autant plus agréable de par les parties pris et la mise ne scène, et bien entendu grâce aux atouts intrinsèques de la belle, nous sommes déjà tous amoureux d’elle.

Nick flatte les seins de sa cliente, celle-ci lui sourit avec un air de Joconde sexy et sexuelle. Entre chaque baiser – car ils s’en font ! – l’actrice lève un œil pour continuer sa discrète mais implacable minauderie. La caméra se rapproche et nous offre de chouettes gros plans sur les tétons roses d’ Ava Rose … Elle s’accroupit alors et se met à joliment sucer la queue de Tommy qu’elle vient d’expulser de son futal. L’espace de ce moment, Ava Rose est redevenue Ava Rose . Sa langue sort avec un sourire sur le bout du gland de Tommy. Et on la sent très efficace. Là encore, la baise est calibrée, scénarisée : même ici en rêve, la bourgeoise a pour arme la sensualité et pour objectif de mettre le privé psychologiquement à ses pieds. Cette queue, elle la suce souvent en s’écartant des « standards pornos » en la matière. Comme avec tendresse et application.

Lorsqu’elle commence à se faire prendre en levrette écartée un pied sur la table et avec son atout sourire, Ethan nous filme ce couple longuement avec un angle incroyable : acteur et actrice semblent cadrées en diagonale. Probablement pour mieux nous signifier que les apparences sont trompeuses. Quant à Ava Rose , elle suce , sourit , se fait prendre , re sourit , re suce , et ainsi de suite … avec à chaque fois des oeillades de charme et des sourires généreux. Elle a aussi une chatte charnue et magnifique, qu’on voit particulièrement belle lors d’une position en face cam le corps arqué en arrière. Tommy Gunn dégaine si bien et si vite que très vite Ava Rose en éjacule sur sa bite avant de ré entrer celle-ci en elle. Et ce plusieurs fois, avec un éjaculat de cyprine de plus en plus abondant. Entre deux éjaculations, elle en appelle même à Jésus ! Les positions s’enchainent et Ava Rose en redemande jusqu’à ce qu’on la retrouve boire le sperme de Tommy Gunn qui lui en macule le visage en gros plan en utilisant le bout de sa queue comme pinceau. Cette scène, très intense, se termine sur les regards incendiaires de la belle Rose … et sur le réveil soudain du privé que sa jolie et espiègle secrétaire appelle.

' Dark City ' : Scène 3 avec Faith Leon , Paulina James , Victoria Sin et Ava Rose

Assez rapidement, l’intrigue évolue et nous retrouvons notre rêveur dans un cabaret chic. Tommy Gunn est filmé tantôt de manière classique tantôt en plongée depuis le plafond. Cela accentue le temps qui passe, suggérant que Nick attend depuis un certain temps. Puis, surgit la dame de ces pensées, de nos pensées même tant son rôle est fantasmatique, dans une robe pourpre et noir tout bonnement splendide. Elle se met à chanter devant une salle séduite et on se fait plaisir rien qu’en l’écoutant Le film peaufine ce moment, je crois même ne pas risquer trop d’erreur d’affirmer que pour le réalisateur, c’était LA scène du film à ne pas louper, une vraie signature artistique, surtout dans un porno ! Grâce à la musique, au cadrage et à leur rythme les deux scènes pornos n’ont pas entamé l’ambiance du film, et ce numéro de chant, filmé avec une minutie qu’on devine exceptionnelle,  la complète parfaitement bien. Cette perfection ressentie s’explique également par le jeu d’Ava Rose , multipliant encore les beaux regards, mais aussi les gestes lents, la main apposée sur son cœur lorsqu’elle prononce certains couplets d’une voix convaincu.Très joli passage.

Dans le cabaret qui est en fait un bordel, des clients sont alanguis en compagnie de trois charmantes prostituées, Faith LeonPaulina James et Victoria Sin . Elles se font des papouilles entre elles pendant que notre héroïne les regarde en se masturbant seule sur un podium en face des autres. Les trois autres se touchent et se cajolent. Ainsi que leurs deux clients qui ne cessent de lorgner ce qu’elles se font et lui font. Cette troisième scène de luxure est très intense : les différents hardeurs qui entrent et sortent des orifices de leurs partenaires ne font pas semblant et malmènent les filles dans tous les sens. Les gros plans sur les fluides d’amour – sperme, ejaculat, mouille et que sais-je encore … ne manquent pas. De la baise longue et puissante, des décors qui font mouches, un cadrage formidable et un vrai jubilé d’acteurs et d’actrices très performants … Voilà pourquoi la scène fait mouche !

Dans celle-ci l’héroïne, certainement hyper excitée par ses caresses digitales, est descendue rejoindre les clients sur les canapés pour les baiser comme les autres filles. On obtient là une bien jolie partouze … et un peu plus tard, toujours dans la même scène, notre préférée se fait même prendre en double pénétration. Et, lorsque les garçons lui éjaculent sur les seins et surtout dans la bouche, c’est une des « prostituées » qui boit et aspire méticuleusement ce sperme dès sa production.

Puis, sans transition, on assiste à un très chouette numéro solo de Ron Jeremy qui joue le fameux Big Boy Mahoney, qui règne sur les cabarets de la ville. Il fait comprendre à l’héroïne que c’est lui qui règne sur elle. Et Ron est très crédible dans le rôle de la pourriture aux bras longs (euh, non, il ne la fiste pas, c’est une vraie image). On revient ensuite au privé … On le retrouve en pleine enquête dans un environnement qui sied vraiment bien à un film noir de cette époque … On ne peut s’empêcher de penser à certains passages d’enquête redondants de Lovecraft. Nick Caprice est en même temps en pleine réflexion, il se demande s’il ne risque pas sa peau avec cette enquête qu’il vient d’accepter la veille face à sa cliente hypnotisante …

' Dark City ' : Scène 4 avec Maya Hills

On retrouve ensuite la secrétaire du détective ( Maya Hills ) qui vient de surprendre deux hommes de main de Mahoney, et qu’on n’identifie pas tout de suite comme telle. On a en effet un plan glaçant de ce qu’on prend pour des quartiers malfamés et une voiture s’y engouffrant, avec un peu en retrait une jeune femme se glissant dans le plan … tout cela bercé par une musique flippante à souhait. Ambiance … La belle se retourne et constate qu’elle est seule avec les deux hommes … Tout pourrait lui arriver. Elle devrait fuir mais l’amour étant plus fort que tout, elle se découvre et avance droit vers les deux types de façon provocante. Elle soulève sa jupe au maximum pour montrer toutes ses jambes moulées par de jolis bas, et jusqu’à sa culotte en dentelle au-dessus d’un porte-jarretelle. Elle sourit aux hommes dont l’un tient fermement une mitraillette menaçante. IIs semblent surpris et interloqués, mais elle est superbe et leur fait un signe du doigt pour les inviter à la suivre. La musique redevient plus rythmée et entrainante. La secrétaire les mène dans une sorte d’entrepôt via un long escalier qui permet à la caméra de filmer son entre-jambe avec beaucoup de plaisir. Elle sait y faire, et on se surprend à se demander comment son patron a réussi à lui résister. Cela fait partie du mystère des films pornos …

Evidemment, en bas de l’entrepôt il y a un lit mais on pardonnera au film cet illogisme. Personnellement, je préfère constater que les actrices jouent dans des environnements suffisamment confortables, même dans un film noir. Elle constate avec les mains qu’ils sont tout durs, et elle semble adorer ça. L’un, encore un peu étonné, lui dit qu’il trouve ça coquin de les avoir menés ici avec elle. Elle acquiesce en commençant à les sucer. Elle a depuis retiré tout le haut de ses vêtements et porte en lingerie déjà fortement ouvert sur ses seins, un magnifique déshabillé blanc à froufrous et dentelles. Tenue très excitante pour le trio qui s’annonce. Elle suce divinement bien.. et très profondément jusqu’au bout de sa glotte. Elle crache beaucoup sur les glands, on a donc rapidement de la salive partout sur sa figure, sur les queues, et dans son décolleté. Elle écarte en même temps le petit tissu de sa culotte pour atteindre de ses doigts ses lèvres et se masturber sensuellement. Puis elle se fait prendre par l’un en spoon vaginale sur le lit tout en suçant l’autre. Elle ne garde que ses talons aiguilles. Et Maya Hills a un corps et des fesses magnifiques. Les positions s’enchainent et c’est vrai que c’est excitant de voir cette jeune et jolie fille baiser en pleine usine …

On ne la reverra plus et libre au spectateur d’imaginer ce qu’il a pu lui arriver avec ces deux assassins. Peut-être s’est-elle littéralement sacrifiée pour sauver l’homme qu’elle aime  ?

' Dark City ' : Scène 5 avec Ashley Page , Karlie Montana et Ava Rose

Puis, après un bref passage où on filme longuement le héros en train de boire sa bouteille de whisky de plus en plus vidée, une scène étonnante, semblant surgir d’un rêve du détective, se déroule : Nick Caprice est dans un long couloir blanc que semble garder deux jeunes femmes en lingeries blanches et portant une coiffe et une traine de mariage … La blonde et magnifique Ashley Page et l’auburn Karlie Montana. Il les dépasse sans les regarder, puis arrive dans une pièce très sombre devant la fille de ses pensées sans également la regarder. On comprend pourquoi et en quoi ce rêve se voulait prophétique et grave qu’à la fin du film...

Big Boy Mahoney arrive à son tour dans le couloir blanc, mais cette fois-ci il a à chaque bras une des deux jeunes femmes décrites précédemment. Voir Ron Jeremy marcher ainsi, tel un roi accompagné de ses deux princesses, est le moment de rappeler qu’il est effectivement un des rois du porno. Avec une carrière mythique ayant démarrée dans les années 70 – à l’aube de l’âge d’or du X – Ron Jeremy , multi récompensée, est une légende du X américain ayant tourné avec plus de 4000 femmes en plus de 25 ans de carrière, et également dans plusieurs films traditionnels, notamment d’action. On le voit, le rôle du grand parrain ne lui a donc pas été donné par hasard.

Toujours dans le rêve de Nick, Mahoney rejoint Ava Rose - celle que Nick aime déjà à la folie et au-delà du raisonnable - pour lui donner en pâture les deux jeunes filles qui l’accompagnent. C’est le début d’une belle et fantasmatique scène entre les trois actrices. Elles se caressent de moins en moins sagement, jusqu’à se déshabiller, se lécher et se goder chacune à leur tour et jusqu’à ne plus pouvoir, sur un lit au bout d’un couloir éclairé. C’est une scène très excitante pour peu qu’on aime les filles qui baisent entre elles. Elles sont toutes très belles, et magnifiquement maquillées, parées de bijoux et de belles lingeries.

Arrive le grand final … L’affrontement des deux colosses … Le vieux riche et le jeune beau, unis dans une certaine perversité … C’est un ange qui les départagera. Dans la cité du même nom.

' Dark City ' : le verdict final

Plutôt que de dévoiler la chute de cette intrigue remarquablement bien ficelée, Il est temps de donner des avis plus synthétiques sur le film. On ne peut pas dire que nous avons là non plus la première incursion d’un privé dans un porno. C’est là un thème vieux comme ce monde. On peut citer ' La bourgeoise et le privé ' de John Leslie,  diffusé sur Canal+ en 1989, avec dans les rôles titres Marc Wallice et Rachel Ashley mais là on avait certes une ambiance de détective privé et de pornographie très sympathique, mais pas du tout de recherche « dark » autour du thême. C’est sur ce point précis que ' Dark City ' se met au-dessus du lot. Car lui a réussi cette gageure.

On notera aussi grâce à cette réussite que nous suivons tout le long un film noir qui est également un porno. Ainsi, le cinéaste nous fait réaliser un vieux fantasme : celui de non pas se contenter de déshabiller l’héroïne mais de la voir faire l’amour. Je m’explique car je vous sens circonspects ! On a tous vu des films ou des séries noires mettant en jeu des femmes fatales, telle Scarlett Johansson dans ' Le Dalhia Noir ' ou bien  évidemment Sharon Stone dans ' Basic Instinct ' (le début de ' Dark City ' y fait d’ailleurs référence très habilement avec le plan en contre-plongée de la bourgeoise qui rappelle le fameux plan où Sharon est en train de se faire interroger, sauf que dans ' Dark City ', la belle n’écarte pas dans un premier temps les jambes ! ) et cette manière de présenter ces femmes comme tout à la fois superbe et inaccessible, vamps exceptionnelles, fait qu’on a tous rêver d’en voir plus … sans bien sûr pouvoir l’obtenir, nous ne retrouvions la jeune femme que dans nos rêves du soir …

Dans ' Dark City ', grâce à la magie – ou plutôt la sincérité – pornographique, on ne sort pas de la séance frustré de ne pas avoir vu la femme qui nous a fait rêver aller plus loin que juste se déshabiller … Et c’est un grand plaisir de la voir en détail pendant l’acte continuer à nous faire rêver, peut-être d’avantage même …
Alors que Ava Rose a le rôle féminin le plus magnétique, il est de justice de décrire celui de Maya Hills, la secrétaire éconduit, comme le plus tragique. Un mur infranchissable entre son amour et elle la réduit à l’attente et à l’action la plus suicidaire … Elle forme un personnage tout à la fois charismatique et maudit. Peut-être même une martyre qui se sacrifie. Maya Hills la joue pourtant tout en légèreté, en optimisme et en gravité, comme inconsciente du terrible destin qui l’attend … La vamp fatale dans tous les sens du terme et la jeune femme malchanceuse éclipse sans peine le rôle obtus et monomaniaque du détective amoureux, pourtant fort bien interprété par un Tommy Gunn tout en appétit distingué. En ajoutant à cela la personnalité dégueulasse de perfection du caïd pervers et sadique, et celle un peu abrutie de ses hommes de main, on obtient à la fois une très belle et très conventionnelle galerie de personnages pour ce film porno.

' Dark City ' de par ses qualités filmique, sa caméra dynamique et aériennes et sa juste et belle interprétation mériterait de faire partie des classiques du polar … si la pornographie héritait de nouveau du droit mérité de s’afficher en plein jour. Au niveau pornographique, là encore, on a un beau film. Les scènes sont amenées avec l’érotisme et la grâce qui sied aux films noirs, mais bénéficient ensuite d’un traitement à l’image impeccable, que ce soit dans les cadrages, souvent nombreux et bien rythmés de concert avec la bande son, ou dans les gros plans toujours bien éclairés. Les sexes sont superbes et aucune zone d’ombre disgracieuse ne nuit à leur vision. Les interprètes, très expérimentés, peuvent ainsi donner libre cours à leur talent, et ils sont sans freins. Abondantes salives, musclées prestations et souplesse omniprésente des positions, longuement maintenues, le spectacle est total. Quant aux performances, elles restent conventionnelles, comme souvent dans les pornos chics. Les pénétrations sont vaginales, les gorges parfois profondes. Cerise sur le gâteau les éjaculations sont très intenses, entrant dans les bouches et se déversant sur les seins et le corps de ces aimables et aimantes demoiselles.

Le film bénéficie surtout d’une bande son parfaite. Il fallait bien ça pour réussir à nous plonger dans l’ambiance noire, glauque et pourtant belle de ce thème tout en nous servant un joli moment pornographique. La musique nous invite, dès le premier regard d’Ava Rose et de Maya Hills , on décide de la suivre, et les airs mélancoliques et gracieux des morceaux parviennent quelque que soit la nature de la scène à nous garder jusqu’au bout captivé par l’ambiance, vraie fil conducteur de cette production.

On a aussi deux scènes originales et belles, l’une est pornographique, une sorte de partouze au milieu du film où les ébats se déroulent dans trois riches canapés pourpres chacun légèrement en retrait des autres. L’autre est musicale, avec le solo chanté d’ Ava Rose qui n’a rien à envier aux performances cantatrices de certains cabarets du vieux Broadway. Les yeux qui chantent semblent pleurer de désespoir serein et le gros plan de la caméra nous le montre si bien que bien après avoir sorti le dvd du lecteur, le visage à la fois triste et splendide d’ Ava Rose nous hante et parle toujours…

' Dark City ' est de ces films qui - une fois encore - prouvent que le porno bien mis en scène a son enrichissante place dans toute intrigue … pour autant qu’on sache l’y introduire. Ce petit bijou d’Ethan Kane est donc un film à ne pas manquer également pour tous ceux qui rêvent un jour de révolutionner le X scénarisé.
Il apportera en tout cas moults sensations fortes et fantasmes torrides aux spectateurs amoureux tout à la fois du septième art et de la plastique féminine, et à leur conjoint s’ils ont la bonne idée de le regarder à deux. Il s’y prête également très bien.

Mais ce que personnellement je retiendrais avant tout, me rappelant les gros plans des lèvres charnues d’ Ava Rose et rendues rouges par le plus fatal des rouge à lèvres, et ceux de ses yeux bleus azur parfaitement maquillées, c’est qu’Ethan Kane aime les femmes, et qu’il parvient à les rendre si c’était possible encore plus désirables toute habillées que nues en plein bonheur. Et par là même, il leur rend une valeur et un statut qui ; hélas le plus souvent ; est traditionnellement lié aux plus belles stars du cinéma d’hier et aujourd’hui. En pleine chanson, dans ce film, Ava Rose n’a rien à envier à l’ange bleu … "

Flesh
• Le Profil XStarsWorld de Flesh

Le Film ' Dark City '

Année : 2008

Producteur : Adam & Eve

Editeur : Willie Pullitov

Distributeur : Dorcel

Langue : VF

Scénario et réalisation: Ethan Kane

Avec : Ava Rose , Karlie Montana , Marie Luv , Maya Hills , Paulina James , Ashley Paige , Victoria SinFaith Leon , Tommy Gunn  , Jay Lassiter , Ben English , Dirty Harry, Tee Reel , D.Swasher , Chad et Ron Jeremy

Durée : 106 min

Genre : Porno chic scénarisé

Résumé éditeur : " Une superbe femme entre dans le bureau d’un détective pour lui demander de mettre son mari hors d’état de nuire. Mais le mari n’est autre que le puissant chef de la mafia locale et la partie ne va pas être simple. Retrouvant l’ambiance des films noirs des années 30, le réalisateur nous invite à découvrir l’univers glauque de cette ville où tous les coups de reins sont permis pour parvenir à ses fins. Prostituées, cabarets enfumés où les clients préfèrent les partouzes aux chansons tristes d’une vedette fatiguée, se mêlent aux fantasmes pervers du détective obsédé par la beauté de sa cliente. Parviendra-t-il dans ces conditions à mener à terme son enquête ? "

Pour Voir ou Telecharger ' Dark City ' en VOD Dorcelvision

Dark City

Ava Rose

Dark City

Maya Hills

Dark City

Marie Luv

Dark City

Faith Leon

Dark City

Ashley Paige , Ron Jeremy et Karlie Montana

Dark City

Karlie Montana

Dark City

Paulina James

Dark City

Ava Rose

Dark City

Maya Hills

Dark City

Marie Luv

Dark City

Victoria Sin

Dark City

Ava Rose , Karlie Montana et Ashley Paige

Dark City

Victoria Sin

Dark City

Dark City

Dark City

© Dorcelvision.com ( Photos et Jaquette de ' Dark City ' )

05-06-2011 par Flesh



<< Précédente
Suivante >>



Retour à l'accueil des news



XStarsNews

Vidéo X du Jour
Fira Ventura et Luna Rival : Deux teens françaises s'amusent avec un appareil photo en studio3
Fira Ventura

Vidéo Explicite
Star du X
Luna Rival

X Star du Jour
Ionella Dantes star porno
Ionella Dantes

Coup de Coeur
Vidéo Bande Annonce Gratuite

Nouvelles Galeries Gratuites
galerie photos gratuites Sisley Haim
Sisley Haim
galerie photos gratuites Jessie Volt
Jessie Volt
galerie photos gratuites Aidra Fox
Aidra Fox
galerie photos gratuites Abella Danger
Abella Danger
galerie photos gratuites Keisha Grey
Keisha Grey
galerie photos gratuites Casey Calvert
Casey Calvert

TOP Videos X
Petite blonde déboitée du cul et innondée de sperme.


Partenaires

X Stars World
Vidéos Stars du X

XStarsVOD
XStarsDvdX

Dorcel TV

MMM100

Videos Dorcel

Videos Porno

Videos Porno a Télécharger

BangBros

Au theatre Sucoir

EuroBabeIndex

Egafd

The Floating World

Eropolis

Erotix Mons

Film Porno du Jour
Ma Nouvelle Colocataire
Ma Nouvelle Colocataire

XStarsNews sur LSFRadio

Indécentes Voisines



X Stars XStarsWorld

© 2006-2016 XStarsNews

Infos Légales Liens Sexe Guest-Book Sondage X Stars Top Bannieres Flux RSS Contacts