Recherche X Stars


Vidéos X Gratuites

X Stars en Ligne







Dorcel Club



live Show Stars du X et Actrice X
Masturbateur Dorcel Girls
X Stars dans ' The Incredible Hulk XXX a Porn Parody '  : La Chronique de Flesh

X Stars dans ' The Incredible Hulk XXX a Porn Parody ' : La Chronique de Flesh


" ' The Incredible Hulk XXX a Porn Parody ' déjà montre qu’ Axel Braun n’est pas le seul à œuvrer dans la réalisation de parodie de super-héros chez Vivid. Ou plus exactement chez ' Vivid Super Heroes XXX '. Puisque nous avons le droit cette fois-ci à un film réalisé par B Skow après de nombreux autres tels ' Superman XXX ', et bien sûr ' Batman XXX ' d’Axel Braun pour ne citer que les principales sorties lors de la déferlante phénomènale de ce type de films en 2010.

C’est lui en effet qui a mis en scène cette parodie que les fans de la série ' L’Incroyable Hulk ' et de pornographie attendaient depuis toujours. Il s’agit en effet d’une adaptation de la célèbre saga de Kenneth Johnson, mettant en scène le fameux colosse Lou Ferrigno, diffusé entre 1977 et 1982 sur la chaine américaine CBS, et proposant une adaptation de la série de comics publiée par Marvel.

Si on se fie au résumé de la série, on voit en en lisant celui de Vivid que cette parodie en reprend les grandes lignes, en la pimentant également d’un contexte sexuel supplémentaire.

En régalant, je le sais, le geek que je suis, je vais donc m’atteler à voir premièrement si ce film colle suffisamment au speech annoncé – ce n’est pas toujours le cas dans les pornos, comme par exemple dans le fabuleux ' Fashion ' de Kendo où je cherche encore le côté ' Escort Girl '. Deuxièmement, je vais décortiquer si le gros budget annoncé a été correctement employé, notamment au niveau des effets spéciaux qu’on attend aujourd’hui dans une bonne parodie X de film de Super Héros. Enfin bien entendu je vais tâcher d’analyser si le côté hard du film en fait un film apte à être intégré à toute bonne pornothèque.

Vaste tâche. Je ne vais pas la mener avec complaisance, car l’ambition de Vivid avec cet incroyable Hulk est énorme. Ils affichent déjà ce film comme LE Film de l’année comme en témoigne le sous-titre ' A B Skow Breakout Hit !'. Mon niveau d’exigence sera à la hauteur de cette prétention. Je ne vais donc pas les ménager dans cette critique.

Ne vous en faites pas trop, ils sont bien aidés par le Casting du film. Il est ' cinq étoiles ', voire même bien d’avantage … Comme l’annonce la jaquette, on a pas moins de 6 super Stars du X : Tori Black en Laura Banner , Lily Labeau en Dr Elena Marks , soit l’assistante du Dr Banner après la mort accidentelle de son épouse Laura, Alexis Texas , Sara Stone , Lexi Belle et Gracie Glam

Superbement épaulées par Marie Luv , Katie St Ives , Tanya Tate , Zoe Voss et India Summer

Quant à l’impétrant du film, c’est-à-dire la créature Hulk , il est joué par le fort bien maquillé Lee Stone , tandis que David Banner , son hôte involontaire, est lui interprété de manière fort convaincante par Dale Dabone

Pour moi, ce film, pour être réussi, devra comme par exemple y est parvenu SupermanXXX – et tant qu’à faire en encore mieux car ce n’était pas parfait – nous plonger dans l’intrigue et nous offrir sans abîmer celle-ci d’inoubliables moments de pornographie. Avec un tel casting il y a intérêt à faire mieux que ' Superman XXX ' à ce niveau !

Cependant, dès le générique du film, je suis confiant. Le film, après les mots se voulant prophétiques ' Within all of us, offtimes, there resides a powerful and furious rage ',  commence bel et bien sur un flash back d’abord romantique, puis forcément tragique. La musique mi nostalgique, mi symphonique nous y entraine tout à fait, tout comme la passion bucolique du couple Banner. Les premières secondes, Tori Black au naturel aux couleurs de la campagne américaine sous la pluie, est fabuleuse et déjà on s’identifie à ce pauvre Banner. Qui a ce moment précis est certainement malgré la musique un peu triste l’être le plus heureux au monde d’être ainsi au prise d’un tel sourire.

La succession de saynète décrivant le bonheur quotidien du couple, fait presque mouche. Dale Dabone est parfait. Le corps de Tori Black est encore plus parfait… Hélas, son jeu d’actrice ne l’est pas dans chaque saynète – nombreuses, cela dit puisque le but est de montrer une succession de tranches de vie afin d’introduire la quête irraisonnée du héros -. A deux trois reprises, on croit voir un mannequin – elle fut Penthouse Pet en 2008 - ou une Porno Star en l’occurrence, au lieu de voir une amoureuse crédible. Là où l’Actrice devrait être la plus naturelle, dans les scènes d’intimité avec son mari, elle semble réagir par automatisme. C’est dommage, mais cela ne dure que quelques secondes et il faut rappeler que le jeu d’acteur est un travail tout autant que la performance pornographique en est un. Tori Black est extraordinaire dans ce dernier domaine, puisque du haut de ses 22 ans et d’une vingtaine de grands prix, elle est la performeuse de l’année 2011 aux AVN de Las Vegas, celle que toutes les grosses productions s’arrachent, donc, on ne peut pas tout avoir non plus.

Scène 1 : Tori Black et Dale Dabone


La première scène est donc une scène entre Tori Black et Dale Dabone. Je vais faire un aparté ' goûts et couleur ' pour dire que j’attends de la scène, pour être correctement inséré dans le film, qu’elle soit un moment pornographique certes mais empli de passion, de sensualité et d’amour. Pour moi, la scène sera ratée même si d’un point de vue pornographique elle est au top, dans le cas contraire. Mais cela n’engage que moi. Il faut rappeler qu’on est dans un film porno d’un certain standing, avec des super stars pour qui la manière de baiser est un peu une signature et qui peut donc dans ces moments-là transcender l’intérêt général du film et de son intrigue. Après, à chacun sa façon de voir les choses. Je ne me sens pas à côté de la plaque d’attendre une véritable intégration du X dans les intrigues des films lorsqu’ils sont scénarisés ou artistiquement dirigés.

Les premiers regards du couple en disent long : on sent plus de désir que d’amour. Des deux côtés. Cela peut passer si on part du principe que le moteur du couple a un côté sauvage dans ces moments-là. Chaque couple a sa magie. Bien sûr, si c’est cela, il y a quelques difficultés à imaginer le romantisme précédent qu’il nous a été donné à voir. Mais, je chipote. J’en suis conscient.

Quoi qu’il en soit, voir une scène commencer avec Tori Black a toujours un côté charmant. Et je dois dire que le début de cette scène, qui dure une vingtaine de minutes, ne fait pas exception à la règle. Elle porte une nuisette transparente très éloquente, et son baiser semble infiniment passionné. Ouf. Même son regard de Porno Star passe très bien, car elle n’en fait pas trop cette fois. Quant aux gestes du mari, ils témoignent tout à fait, par leur lenteur et leur grâce, de la passion amoureuse d’un jeune couple se retrouvant dans un de ces moments qui normalement n’appartiennent qu’à eux. La manière dont Dale effleure de sa main les lèvres du sexe de Tori Black est tel un grain de pollen tombant doucement sur le pistil d’une fleur… Cela ne dure qu’un instant, mais il est magnifique et très sensuel. Je crois de nouveau à leur histoire d’amour.

Moment assez inhabituel dans un porno – qui témoigne qu’apparemment le réalisateur partageait mon désir de voir la scène ressembler à un moment d’amour et d’intimité – l’acteur s’occupe longuement du petit abricot de sa partenaire. Il lui titille le clito en le pinçant délicieusement avec ses lèvres par exemple, et elle ne semble pas faire semblant d’apprécier. D’ailleurs, si vous connaissez Tori Black , vous savez, qu’en véritable nymphomane, elle ne fait pas semblant d’aimer le sexe. Loin de là. Et ses gémissements convaincront ceux d’entre vous qui ne la connaissez pas encore.

C’est au tour de Laura de s’occuper de son mari. Elle le suce passionnément, avec de belles gorges profondes. Cela semble merveilleux et comme moi vous vous verriez certainement très bien à sa place.
Les pénétrations vaginales se succèdent ensuite. Avec la beauté de Mademoiselle Black, son exceptionnel palette d’expressions de jouissances – la tête renversée, les lèvres pincées, les yeux mi-clos ou un peu révulsés, la gorge nouée ou la langue se pourléchant les babines dans un sifflement aspirant – la scène ne peut qu’être réussie. C’est le cas. Mais en plus de tout ça, elle montre son appétit inassouvissable à un moment où son partenaire la pilonne ardemment. Visiblement, la cadence, pourtant fort honnête, n’est pas complètement à son goût, et elle l’accélère en faisant des va-et-vient à grand coup de rein autour de la bonne bite de Dale. Bref, elle est divine. Et la scène est tout autant pornographique que passionnée, ce qui sert évidemment l’intrigue.

Le booty shake vaginal de Tori Black est tellement efficace que l’acteur est lui-même surpris par l’éjaculation qui lui vient, ce qui est chez un hardeur hyper rare – en général elle est contrôlée voire déclenchée – et il a juste le temps de prévenir tout à la fois Tori Black et l’équipe avant de décharger. Quant à Tori Black , c’est une incroyable panthère, et elle parvient en une demi seconde à se retourner tête bêche pour recueillir en facial le sperme sans en perdre ! Avec l’air affamé d’une chatte qui meurt de soif se voyant devant son bol de lait ! Elle avale tout le lait d’une traite, le recrache sur le gland puis le resuce en le réavalant, tout ça en regardant le liquide comme s’il s’était s’agit du meilleur des nectars. Il y a un peu de la reine Taylor en elle…
Sans transition, on retrouve la saynète suivante. La plus terrible. Rendue encore plus horrible après avoir assisté à un moment d’étreinte aussi parfait. Le couple monte dans la voiture. Comme pour témoigner de l’effroyable loterie qui s’en vient, la musique se fait requiem. La caméra met en évidence en un plan terrible le pare choc effrayant de la voiture ainsi que ses deux portières qui s’ouvrent en même temps pour accueillir les tourtereaux en son sein. La voiture démarre en emportant les inséparables amants qui ne savent pas qu’ils vont pourtant bientôt et bien trop tôt être séparés dans l’éternité.

Un dernier regard amoureux. Le jeu d’actrice de Tori Black est redevenu parfait, j’en suis ravi pour elle. Un dernier baiser qui ne sait pas à ce moment qu’il est adieu. Et, moins d’un quart de seconde après, ne subsiste plus à l’écran que le plus noir des néants.

Rassurez-vous ! Tori Black n’a rien, protégée qu’elle est par la magie du cinéma. Mais, Laura Banner, elle…

C’est David Banner qui se réveille, éjecté de la voiture en flamme. Il est sonné et tente de reprendre ses esprits. Dale Dabone est crédible. Et il l’est encore plus lorsque ses yeux s’écarquillent de prendre conscience que Laura est encore à l’intérieur. Piégée dans l’habitacle de la berline renversée. Il tente de soulever celle-ci pour la libérer de l’incendie qu’il devine. A ce moment précis, on le sait, David Banner aimerait tout simplement être l’être le plus fort de la terre. Il bande les muscles de son bras comme on le devine à la crispation terrible que prend son visage. Une fois, deux fois, dix fois, il rebande tout ses muscles, pendant que les flammes crépitent de plus belle ! La fumée l’asphyxie, et il s’acharne. Il tente de briser la vitre de la voiture. Cela libère Laura de sa torpeur. Elle ouvre les yeux. Elle semble l’appeler. Il continue à tenter de soulever le lourd véhicule devenu une masse insensée. Il a des flashbacks de sa belle mie lui souriant au sortir du bain. La fumée est de plus en plus dense. Le drame se noue. Nouveaux flashbacks. Cette fois-ci, Laura embrasse leur chat en minaudant… Les flashs se font de plus en plus nombreux, de plus en plus désordonnés, et entre chacun d’entre eux, il ne reste que la fumée qui nous cache maintenant jusqu’aux visages de la belle et de son beau.

Survient on ne sait d’où une explosion autour de David … puis on le retrouve dans le même lit où on les a vu faire l’amour – c’est bien de cela dont il s’agissait, on l’a dit et démontré. Il est seul cette fois dans le grand lit. Et il se réveille paniqué et en sueur. On devine que toutes les nuits il revit le même cauchemar…

Presque en pleurs, il serre le poing et regarde la bague de fiançailles qu’il conserve. L’acteur joue magnifiquement. Au point où un gros plan sur ses yeux rend encore plus poignant la détresse de son martyr de personnage. Il halète et il pleure. Au son de la symphonie, de retour, triste et rythmée toute à la fois, il caresse à côté de lui le lit à l’endroit où aurait dû se trouver Laura.

Vous me croirez si vous voulez, ou pas, mais c’est la première fois que, ému, je suis en pleur devant un film porno… La scène était vraiment bouleversante. La performance des acteurs magnifique et tragique. Rarement je n’ai vu une telle maitrise. C’est du vrai cinéma.

D’ailleurs, je fais une petite pause technique, le temps de sécher mes larmes – celles de David ne sècheront certainement jamais quant à elles – pour dire que l’accident a été vraiment bien rendu par Vivid. N’ayant certainement pas les moyens de mettre en scène une véritable cascade automobile, le réalisateur et la production ont fait le choix de simuler l’accident puis l’explosion par des flashs très courts – avec parfois des flashbacks – et de le rendre crédible par son aspect onirique. La fumée augmentant et le bruit des flammes grandissant a renforcé l’effet. Une belle maitrise et du budget et de l’action pour un résultat très satisfaisant.

A noter également que le film est entièrement en anglais. Je n’ai eu aucun mal à le comprendre pendant ces premières 25 minutes car il n’y a pas eu un seul dialogue.

Le premier dialogue arrive alors, et on devine que l’introduction du film est derrière nous.

Scène 2 : Marie Luv , India Summer et Jon Jon

Il s’agit d’une présentation du Docteur Banner faite à une patiente, Mrs Smalls que campe la jolie Marie Luv , par son assistante, jouée par la très jolie Lily Labeau . Celle-ci annonce que l’homme n’utilise jamais toute la force physique qu’il a en sa possession. Puis, une séance confidentielle avec la patiente a lieu devant les deux medecins. Celle-ci narre alors une partie de jambes en l’air avec un homme, Jon Jon et une prostituée, jouée par India Summer , soit une partie à trois avec une Métisse, une Indienne et un Noir. L’ambiance ne tarde pas à être torride, et la langue habile de Marie Luv sur le clito d’ India Summer fait vite chavirer celle-ci. Jon Jon ne tarde pas à être d’attaque pour s’occuper des deux demoiselles qu’il a la chance d’honorer. Et en voyant sa vigueur, celles-ci s’en réjouissent d’avance. Elles le sucent en même temps tout en se bécotant. Impossible de rester de marbre ! Marie Luv est très active, par exemple elle pousse le cul d’ India Summer pendant que Jon Jon la prend afin d’aider à son va-et-vient dans son vagin. En même temps que Jon Jon besogne, elle lèche sa bite puis se met longuement en 69 avec India Summer . Les deux filles sont adorables et très complices et Jon Jon assure comme il se doit. Marie Luv se met ensuite en face cam au-dessus de Jon Jon allongé, et dans cette position offre tout son corps aux caresses manuelles et buccales d’ India Summer . Puis, c’est à India Summer de chevaucher l’étalon en face cam de la même manière, pendant que Marie Luv lui tapote la chatte ou pressotte les testicules de Jon Jon.

Comme pour la première scène, B Skow et son équipe réussissent tout autant les gros plans que les plans larges, ce qui donne une scène de trio très efficace.

La scène suivante est une série de pénétration sur une petite table où s’allongent tour à tour les jeunes femmes. Puis, retour au lit, où Marie Luv se fait d’abord prendre en spoon pendant qu’elle caresse ou lèche la chatte d’india Summer . Puis, India Summer , également en spoon. Marie Luv se couche alors sur lui pendant qu’il la pénètre, aidé par India Summer

C’est en le suçant de concert et en s’embrassant que Marie Luv et India Summer se partagent finalement le sperme de Jon Jon.

En tout, cette scène de type ' inter-raciale ' a duré plus de 40 minutes. Savoureuse, elle ravira les amateurs de longues scènes.

Et, pour revenir à notre intrigue, visiblement, elle a rapproché les trois compères. Car, ensuite, la patiente Mrs Smalls, jouée par Marie Luv donc, raconte qu’elle a réussi toute seule à soulever leur voiture accidentée pour sauver in extremis ses amis, joués par Jon Jon et India Summer , alors prisonniers de l’habitacle.

En entendant cela, David Banner , furieux, repensant que lui n’avait pas réussi à sauver ainsi l’amour de sa vie, quitte les lieux. Son assistante s’excuse et laisse la patiente troublée et dubitative.

Ce fait – une jeune femme fine soulevant un véhicule normalement trop lourd pour elle, surtout avec deux passagers à l’intérieur - semble accréditer la thèse du Dr Marks, l’assistante du Dr Banner, jouée par Lily Labeau, laquelle fait d’ailleurs un bon et crédible jeu d’acteur. Elaina est en effet persuadé que la force surhumaine est indéniablement reliée à une sexualité hyperactive.

Scène 3 : Alexis Texas , Sara Stone , Zoe Voss et Anthony Rosano

Peu après quelques analyses en laboratoire, les deux médecins reçoivent un autre patient qui, lui, va raconter ses prouesses avec pas moins de trois jeunes libertines pleines de peps. Et toutes trois habillées de couleurs chaudes, de divers rouges et roses, lingeries y compris, que le réalisateur souligne avec un chatoyant kaléidoscope.

La scène de ce généreux quatuor – Alexis Texas , Sara Stone et Zoe Voss … en somme pour le chanceux Anthony Rosano les anges du paradis sur terre en guise de fête du 4 Juillet - nous est donc offerts. Il serait trop long de décrire l’intégralité de la scène tant les positions et les accouplements s’enchainent mais tout le ' soft ' y passe : gorges profondes , face cam, dos cam, caresses et baisers lesbiens ( avec trois nymphes comme elles, il y a de quoi faire !), branlettes espagnoles , crachats sur vagin , insertions de doigts , masturbation féminine , parfois vigoureuse , levrettes , petits trains , quelques tableaux superbes tel celui où on voit sur le canapé Anthony prendre Sara Stone en levrette pendant qu’elle masturbe Alexis Texas en face cam qui elle-même lèche Zoe Voss en dos cam à califourchon sur sa bouche… Honnêtement, je préfère cela à une pietà. Sara Stone masturbe suite à cela à deux mains Anthony puis il prend en spoon Alexis Texas pendant que Zoe VOss et Sara Stone se kissent tout en se masturbant sur le dossier du sofa. Alexis Texas en a même jouit comme le prouvent ses yeux révulsés…

Le moins qu’on puisse dire c’est que Vivid nous gâte en scène hard. Wow ! Et pourtant, le film a commencé déjà depuis 1h45, et pas encore la moindre trace du monstre vert … même si on devine déjà la suite …

Notre deuxième patient, Mr Jacks, relate alors qu’au moment où il allait éjaculer sur les trois jeunes femmes, au moment précis où le sperme aurait du sortir, un tremblement de terre a fait vaciller la chambre ! Celui-ci est symbolisé par la table qui tremble et un bruit sourd. Avec l’effroi des jeunes filles en sus, c’est très crédible.

Une trop lourde statue tombe sur leur trois paires de jambes. Et l’homme parvient à la retenir tout seul en pleine course avant que celles-ci ne soient écrabouillées ! Je le remercie car de telles lots, cela aurait vraiment été du gâchis de les abîmer ! Bon, la statue devait certainement être en carton-pâte, bien sûr… L’effet ici est moyennement crédible. Mais après la scène hard qui nous a été donnée juste avant, on pardonne sans difficulté ! Déjà, ' Hulk XXX ' écrase sans peine ' Superman XXX ' – où l’intensité pornographique était juste moyenne - il n’y a pas photo !

Après sa prouesse, le jeune homme remet la statue en place, et éjacule sur Zoe Voss . Un habitué verra qu’il s’agit plus certainement d’un mélange propulsé par une seringue, car on ne voit pas la bite de l’acteur pendant le jet, d’une consistance douteuse de qui plus est. La scène a duré en tout environ 30 savoureuses minutes.

S’ensuit une altercation polie entre les deux docteurs. Elaine dit à David qu’elle a trouvé le lien entre la force surhumaine et l’activité sexuelle qu’elle cherche depuis longtemps. Elle démontre à David, à l’aide de sa propre tragique expérience et des deux exemples précédents, qu’il s’agit de la frustration sexuelle.

C’est pour moi le moment de faire un nouvel aparté. On le voit, les trois scènes pornographiques trouvent ainsi parfaitement leur justification dans l’intrigue : David et Laura partagent un amour sans frustration ayant donc empêché David de sauver sa femme, Marie Luv est frustrée de voir que son ami a besoin en plus d’elle d’une prostituée – puisqu’ India Summer est également de la partie – ce qui lui donne la force de soulever la voiture qui les piège … Enfin, le personnage que campe Anthony Rosano a failli être frustré de ne pas pouvoir éjaculer à cause de la statue qui s’écroulait sur ses trois amies ce qui lui a permis de la retenir afin de pouvoir terminer son éjac.

C’est, je le rappelle – je l’ai déjà souligné dans plusieurs critiques – LA meilleure manière de justifier les scènes pornographiques dans une intrigue cinématographique : en les faisant pièces maitresses de l’histoire, on assure la continuité de celle-ci sans destructrice divagation.

N’empêche, Hulk se fait attendre, certes… Mais cela n’est pas forcément un mal de créer ce sentiment d’attente bien sûr.

Pendant ce temps, Randy Spears , enfin le journaliste qu’il joue, qu’on a vu un peu plus tôt avide d’en savoir plus sur les recherches du docteur Banner et ayant reçu le refus de celui-ci, prend des photos en silence, dissimulé derrière une plante verte.

Scène 4 : Katie St Ives et Alec Knight

Une peu déontologique expérience a alors lieu dans un des cabinets, puisqu’un couple – deux autres médecins de leur collègue semble-t’il - y est guidé par nos deux héros David et Elaina, cherchant probablement à démontrer en le voyant de leur propre yeux, que la théorie du Dr Marks est la bonne. La jeune interne, Sally, est jouée par Katie St Ives , et l’homme, Bj, par Alec Knight . Les deux obéissent sans sourciller, presque de manière militaire, aux ordres de leurs deux supérieurs. Elaine demande d’abord à l’homme de déshabiller sa compagne puis, après un speech explicatif sur ce qu’il attend d’eux, le Dr Banner leur demande de copuler sur le lit à proximité, mais sans aller jusqu’à l’orgasme pour générer un sentiment de frustration.

Au signal de " Fuck ! " la femme enlève ses derniers vêtements et l’homme se saisit d’un vibromasseur de taille respectable. Il le fait vibrer sur le clito jusqu’à ce qu’elle jouisse. Puis, ravie c’est à son tour de s’occuper de lui. Il a un engin de taille impressionnante, ça tombe bien. C’est en riant joyeusement qu’elle insère ce bon pénis dans sa bouche. Elle le suce avec un grand appétit, et bientôt il sent son sperme affluer. Alors, il utilise la technique de serrage du gland pour le stopper, ce qui génère avec succès la frustration que veulent les chercheurs. Après avoir évité d’éjaculer, il remet sa bite dans la bouche de la femme qui se remet à le sucer avec énergie. Et ainsi de suite, avec à chaque fois une rétention de l’éjaculation au tout dernier moment. Puis Katie St Ives se met à califourchon en face cam sur les cuisses d’Alec en une très belle et très jouissive pénétration. Elle est aux anges de recevoir ce traitement. Au bout de quelques minutes, même manège : l’éjaculation s’en vient et est retenue de justesse. Les positions se succèdent et Katie St Ives a beaucoup de charme, notamment lorsqu’elle se met en position de levrette renversée, je trouve. Grâce à ses seins naturels aussi, ainsi que ses jolies boucles brunes. Il est de plus tout à fait charmant de la voir dire " No, stop it ! " en tapant la bite pour éviter qu’elle n’éjacule. J'adore.

Une scène très drôle survient alors : au milieu de ce petit manège, l’homme voit Elaina – la sublimissime Lily Labeau pour rappel – s’étirer comme une chatte, ce qui met en évidence les tétons de ses seins faisant relief à travers la chemise verte qu’elle porte, et devant ce spectacle, il ne parvient pas cette fois à retenir son éjaculation et déverse tout sur sa partenaire, à la colère de David Banner . Il se dispute alors avec sa collègue qui évidemment n’a pas fait exprès d’exciter leur cobaye. Il lui dit qu’il n’a pas besoin d’elle et qu’il se débrouillera tout seul pour mettre à bien son projet. Grâce à sa méthode à lui. A base de rayons Gamma.

Elle s’en va. Ainsi finit le disque 1, au bout de 2h11 de spectacle, et nous n’avons pas encore vu Hulk ! Arrrgggg, l’attente est tellement insoutenable qu’on ne peut qu’insérer le deuxième disque dans le lecteur pour voir la suite !

Celle-ci démarre sur le visage de Lily Labeau , bientôt face un infâme chantage du mystérieux paparazzi qui visiblement ne recule devant rien pour s’opposer au Dr Banner pour une raison encore floue. Très énervée, Elaina le repousse sans ménagement.

On retrouve alors David dans son laboratoire en train de démarrer une nouvelle expérience. On notera à ce sujet le poster du tableau périodique des éléments, bien connu des chimistes, ajoutant à la véracité de la scène. Il reçoit la visite du chercheur que joue Alec Knight . Il lui apprend un élément nouveau ayant rapport avec les rayons Gamma. Cela déclenche dans la tête de David une sorte d’Euréka. Il prend un graphique et y annote quelques termes, puis, très excité par sa découverte – il vient semble-t-il de trouver le chainon qui manquait à son raisonnement – il appelle son assistante pour le lui faire partager. Celle-ci est en pleine séance de gym tonique, et ne répond pas à l’appel de son acolyte. Cela va fixer à jamais son destin.

Le Dr Banner rentre seul dans une chambre à radiation. La musique se fait sinistre. Dans la pièce, un mur de radiographie se fait écho de l’ambiance. Il pénètre dans la pièce de contrôle et manipule l’appareil diffuseur de rayons gamma. Il s’installe lui-même dans la machine ( la réplique exacte de celle de la série d’ailleurs – et entre nous finalement une ' banale ' machine à rayons X que les cliniques utilisent pour les radiographies ) qui finit après un compte à rebours se voulant angoissant à décharger ses rayons. Après nous avoir montré une réaction au niveau de son ADN, David teste ensuite la ' super force ' qu’il croit avoir ainsi acquise. Et fait en apparence chou blanc.

Il prend ensuite sa voiture. On le voit conduire sous une pluie battante, plongé dans ses pensées. Un obstacle lui fait crever une roue. Il sort et commence à démonter celle-ci. Se faisant il se blesse. Cela déclenche en lui la transformation qu’on attend tous depuis maintenant 2h20 environs.

Celle-ci est vraiment très bien réussie. On devait avoir le blanc des yeux virer au vert. C’est bien le cas. On devait avoir la chemise qui craque sous l’effet des muscles. On l’a. Et bien sûr, la peinture verte est parfaitement au rendez-vous. Tout comme la tignasse hirsute et improbable.

Dale Dabone a fait place à Lee Stone . David Bruce Banner à Hulk .

A part une très fine auréole rose autour des yeux qui trahit le maquillage, c’est parfait.

Hulk se saisit alors du pneu comme s’il s’était s’agit d’une brindille et le balance sur la voiture. Il casse ensuite sans peine son pare-brise, puis la soulève pour la balancer dans un précipice sans effort apparent.. Puis il s’en va sous la pluie en grimaçant, poussant des beuglements en sautillant.

Scène 5 : Lexi Belle et Gracie Glam

Sans transition, on se retrouve alors en gros plan sur le visage de deux charmantes jeunes femmes en plein acte, Lexi Belle et Gracie Glam . Soit Gina et Carla, deux innocentes campeuses s’adonnant après une dure journée de randonnée – ou de chasse car on voit deux carabines adossées à la toile - à quelque détente saphique sympathique devant leur tente. Encore un casting du plus haut niveau avec ces deux autres SuperStars du X mondial se gouiniassiant délicieusement… sans se douter qu’arrive probablement sur elles comme semblant débarquer d’une autre planète et dans un décor qui l’est tout autant le grand homme vert. Va-t-il les surprendre en plein acte ?

Elles se font minette l’une après l’autre. D’abord Lexi Belle s’occupe gracieusement de Gracie Glam , puis l’inverse. On a à ce moment droit à un moment très érotique lorsque Gracie Glam garde un temps son short bleu en le disposant juste sous le menton de Lexi Belle pour lui permettre de grignoter son vagin. Puis, elles se mettent debout, se lovant l’une contre l’autre. Lexi Belle s’accroupit pour doigter avec efficacité Gracie Glam . On a de temps en temps un recul de la caméra pour mettre en évidence le vert décor dans lequel elles sont…

On a dès lors un plan assez magistral. La caméra filme en effet en gros blanc à la fois les deux sculpturales jeunes femmes, notamment le vagin grand écarté de l’une d’entre elle … et une route qui se dévoile à peine dans l’obscurité. Sur cette dernière, on y attend Hulk et c’est finalement une voiture qui passe. La caméra revient sur des très excitants gros plans sur les fessiers et les vagins parfaits des deux belles. Puis, Lexi Belle se voit gratifier d’une belle feuille de rose octroyée par sa compagne.

Elles se couchent ensuite presque accolées et se masturbent de concerts jusqu’à atteindre l’orgasme. Elles sont toutes deux ravies d’y parvenir. Et nous radieux de les voir faire ! Cette scène aurait beaucoup plu à notre Piboul national je crois. Ce qui est un gage certain de qualité.

Le petit matin trouve les deux belles étreintes sur la couverture. Et juste après elle, la forme colossale de Hulk se dégage, avec un gros plan se voulant monstrueux sur ses pieds ( ils auraient gagnés à être mieux maquillés mais bon ).
 
Il aperçoit vite les femelles. Lexi Belle se réveille en sursaut, prise d’une furieuse envie d’uriner. Ce qu’elle fait juste devant sa compagne – la caméra ne nous la montre pas en action je précise - sans avoir remarqué la brute verte dressée attentive derrière elle. Gracie Glam s’étire lorsque Lexi Belle sent une présence et regarde en arrière. Elle sursaute en hurlant et en écarquillant les yeux d’apercevoir Hulk dans toute sa bestialité. Elle se rhabille à peine tant elle est pétrifiée par le spectacle de ce sasquatch verdâtre aux vêtements en lambeaux. Gracie Glam elle aussi paniquée pousse un cri d’effroi. Elle se saisit d’une carabine et vise le monstre en tremblant. Elle tire. Hulk met sa main sur son épaule et s’effondre. Il se relève, une blessure au bras. Il gronde en bandant ses muscles, exactement comme Lou Ferrigno dans la série originelle. Il s’empare alors sans effort d’un gigantesque rocher qu’il envoie valdinguer au loin. Puis, d’une poussée massive, il déracine un arbre qui tombe sur la tente des infortunées campeuses.

Ces effets sont plutôt bien faits. En tout cas, on veut y croire et c’est un régal jouissif pour le fan – s’il n’à point jouit avant devant les mamours de Lexi Belle et Gracie Glam ce qui ne serait guère étonnant - de retrouver Hulk dans toute sa démesure.

Puisqu’on évoque le fan, notez que depuis la transformation en Hulk ( évidemment pas avant ), les événements se déroulent de manière très fidèle à une des versions de l’avénement de Hulk chez Marvel. Celle-là même qui est choisie pour la série télévisée : la voiture accidentée, l’errance dans la forêt, la stupeur de campeurs ( un père et sa fille dans la série ) le découvrant. L’arbre déraciné … Tout y est. Même cette fameuse scène où Hulk voit son reflet dans l’eau d’un torrent, comprenant qu’il n’est pas comme les êtres humains qu’il vient de découvrir. Et en même temps l’apaisant, ce qui appelle évidemment de nouveau Bruce Banner , pardon, David Banner ici, dont l’esprit lutte tout au fond de l’âme de la créature qui vient de naître. Et bien évidemment, le mystérieux paparazzi n’est autre que Jack Mc Gee celui qui va longuement traquer Hulk dans la série.

On retrouve donc de nouveau David Banner qui s’éloigne du torrent sans trop comprendre où il est et pourquoi ses vêtements sont tout déchirés.

Scène 6 : Lily Labeau et Dale Dabone

La caméra le quitte près de l’eau pour dans un léger flou artistique revenir sur le gros plan de la chatte toute mimi de Lily Labeau dans le bain d’Elaina. Des lèvres impeccablement dessinées. Un subtil grain de beauté à gauche du pubis juste au-dessus. C’est bien d’elle dont il s’agit comme nous le confirme le gros plan suivant sur son visage tout apaisé. Et ses seins merveilleux qu’on voit enfin nus pour la toute première fois. Elle a les yeux fermés, et se caresse tout le corps avec la mousse du bain.

La caméra la suit tant et si bien qu’on la devine amoureuse d’elle. Ce que ne contredit pas la musique qui clarine toute frivole à ce moment. Elle cadre tout en long la belle dans son bain, dont le corps parfait se reflète dans le miroir qui surplombe la baignoire. Elaina se caresse, se masturbe. Elle regarde remonter ses mains le long des courbes de son corps vers ses seins en forme de poire qui tous les deux répondent délicieusement à ces sollicitations. Ils se dressent sans faillir des que sa main les caressent, ce qui apporte à notre belle une douce excitation et attise ses désirs d’exploration.

La délicieuse masturbation prodigue vite ses effets. Elaina soupire et tressaille de plus en plus, tout en contemplant son sexe magnifique. La caméra nous gratifie d’un léger changement d’angle, mettant celui-ci en gros plan, ce qui est encore plus excitant. Une légère transition nous dévoile alors son fantasme… ce qui motive alors ses désirs d’exploration. On voit Lily Labeau en train de prodiguer une bonne fellation à Dale Dabone et on devine alors l’amour qu’Elaina a pour David Bruce Banner . Quant à lui, il se paie Lily Labeau après Tori Black … Il n’y a pas à dire, les acteurs pornos sont les hommes les plus chanceux sur terre…

On a donc une très belle scène entre Lily Labeau et Dale Dabone , dont Elaina imagine le déroulement depuis son bain. Après une superbe fellation et plusieurs gorges profondes, Lily LaBeau se fait lécher par Dale en face cam, les jambes écartées repliées de part et d’autres de son torse. David la prend ensuite dans la même position. Elaina s’assoit ensuite le dos bien droit sur le sexe de David allongée et se fait ainsi pilonner. Il la prend après en levrette. Pour finir il gicle dans sa bouche et sur son visage. Elle est aux anges et fait revenir longuement la mixture dans sa gorge. Et on la retrouve en train de jouir dans sa baignoire, toujours se masturbant.

La sonnette de chez elle lui intime la nécessité de vite fait mettre un peignoir pour ouvrir. C’est dans cette affriolante tenue qu’elle tombe sur le docteur Banner, qui a lui sa tenue toujours en lambeaux.

Pendant qu’elle le soigne, elle le questionne. Il lui dit ne se rappeler de rien. D’avoir un grand noir depuis la veille au soir.

Scène 7 : Lily Labeau et Lee Stone

Elle l’emmène dans un laboratoire afin de sonder son esprit grâce à un improbable dispositif simulant ce qu’il a traversé, pluie y compris. A force de se trouver sous la pluie battante, pendant qu’Elaina réfléchit, la situation l’énerve grandement. Surtout lorsque le docteur Marks s’endort sans avoir arrêté son appareil. Il ne se transforme pourtant pas et s’endort sereinement. Elaina le regarde en rêvassant de nouveau. De le voir ainsi allongé près d’elle, excitée comme l’arrivée impromptu de David l’a laissé, elle ne retient pas ses caresses qui repartent à l’assaut de son corps.

Elle dénude ses seins toute pleine d’appétit, la bouche entrouverte dans une envie de cri, en les pelotant tendrement. Puis, sa main s’aventure sous son jean, sous sa culotte. Elle se masturbe de nouveau dans le laboratoire en poussant des petits gémissements charmants. Juste derrière la vitre où David qu’elle regarde avidement dort toujours, elle se déshabille carrément.

Pendant ce temps, David revit en songe le terrible accident. Elaina abaisse sa culotte à mi-cuisse, on voit sa chatte qu’elle masturbe sans ménagement. Entrecoupé à ce spectacle, on a de nouveau celui de Laura Banner qui agonise dans son habitacle. Le corps de David lui se convulse de plus en plus. La transformation se rapproche. On sent Hulk qui lutte pour reprendre le dessus de l’invisible bataille entre Banner et lui. David perd. Alors qu’Elaina a un orgasme, Hulk se réveille. Il explose la verrière de la cabine où dormait Banner. Elaina sursaute et tente de se rhabiller. Hulk est toujours enfermé, elle y parvient donc. Elle le regarde mi inquiète mi curieuse. Elle comprend vite qu’il s’agit du docteur transformé.

Hulk pulvérise tout ce qu’il peut trouver dans ce mini bunker. Il s’attaque ensuite aux murs en acier. Et parvient à faire une brèche. Il se retrouve alors juste devant Elaina. Elle réussit à garder son calme et tente de le raisonner. Elle prend doucement la main de Hulk, qu’elle appelle David, afin de recueillir un peu de son sang en vue de l’analyser. Comme elle est douce, le monstre la laisse faire.

Il accepte son contact et on sent l’excitation d’Elaina revenir. Elle se fait entreprenante, montre ses seins à Hulk. Et ce que probablement les fans de Hulk fantasmait de voir un jour et attendait certainement depuis désormais plus de 3 heures de film, se déroule alors enfin sous nos yeux. La Belle et la bête verte, ici Lily Labeau et le culturiste du X Lee Stone , vont s’accoupler. Elle invite Hulk à lui caresser les seins lui disant ' It’s OK ' pour qu’il ne s’effarouche pas.

Hulk la manie avec une infinie délicatesse qui là encore n’étonnera pas le fan qui sait à quel point les jeunes femmes ont le pouvoir de le rendre tendre et doux… Il hésite néanmoins à la laisser l’embrasser. Puis il succombe à ses charmes pendant qu’elle presse sa bite par-dessus le pantalon en toile. Alors elle révèle au monde entier ce que probablement toutes les femmes de la terre se sont demandées au moins une fois : de quel couleur est la bite d’Hulk et est-ce qu’elle est aussi grosse et vigoureuse qu’elle se doit d’être ? Pour le Hulk originel, on ne le saura sans doute jamais. Mais pour celui de Vivid, la réponse apparait dans toute sa longueur : elle est effectivement énorme et toute verte.

Hulk se fait sucer pour la première fois de sa courte vie. Il apprécie beaucoup. Et Elaina , visiblement bien moins timide devant son alter ego que devant celui qu’elle aime, au moins autant que lui. Elle met l’objet vert dans sa bouche et le suce langoureusement. Le maquillage tient et étant donné la salive on peut se demander avec quoi il est fait. Lily Labeau passe ensuite en face cam en s’asseyant sur Hulk . On voit là encore la bite conserver sa couleur verte malgré la pénétration vaginale qu’elle performe. Evidemment, Hulk pousse régulièrement des beuglements sauvages pour ponctuer l’action. Il se met ensuite debout sans cesser de pénétrer la doctoresse, toujours en face cam.

La mouille de Lily Labeau a cependant finit par avoir raison de la peinture verte. Hihi, je savais qu’elle ne tiendrait pas devant les assauts du beau sexe. La preuve, elle le suce alors, et on voit du vert sur sa langue et son palais. Et sa salive est verte. J’espère que le colorant alimentaire avait bon goût.

C’est donc une bite désormais toute rose qui prend Miss Labeau en levrette. Qu’importe. Lee Stone joue parfaitement le sauvage que Hulk est censé être. Il gronde souvent et malmène parfois gentiment sa partenaire. Une vraie bête. Il la prend aussi souvent debout et dans plein d’autres positions athlétiques. Bref, il fait un Hulk tout ce qu’il y a de plus crédible. Lily Labeau halète tant elle est fatiguée. Mais elle tient bon. Elle a un orgasme puis suce Hulk dans l’objectif de le faire éjaculer. Celui-ci est encore d’attaque et jette violemment Elaina sur le canapé pour se remettre à la pénétrer.

Hulk éjacule enfin. Son sperme est blanc.

Elaina caresse tendrement Hulk. Quant à Lily Labeau elle pourra se vanter d’être la première hardeuse à s’être tapé le colosse vert je crois.

Apaisé par ce qu’il vient de vivre, Hulk fait rapidement place à Bruce Banner. Lui, est très étonné de se retrouver nez à nez avec son assistante complètement nue.

Après avoir de nouveau rembarré Jack Mc Gee, cette fois accompagné d’un policier, les deux chercheurs font le point dans le laboratoire où a eu lieu l’irradiation du Dr Banner. Elaina n’ose pas dire à David ce qu’elle a fait avec son alter ego, mais elle l’assure que ce n’est pas un tueur comme cherche à leur faire croire Jack Mc Gee.

Scène 8 : Tanya Tate et Randy Spears

On retrouve ce dernier développant des photos en chambre froide, montrant l’expérience que David et Elaina ont mené sur le couple de collègues. Tout en regardant, Jack se touche par-dessus son pantalon. Une femme le rejoint alors. La plus âgée au milieu de toutes les teens déjà présentées au casting. Elle est jouée par la jolie milf blonde de trente deux ans Tanya Tate , qui a des seins énormes et joue donc la femme de Jack Mc Gee, Gina.

Démarre alors une scène entre Jack et elle. Il la doigte vigoureusement. Puis elle le suce avec un regard incandescent. C’est une femme d’expérience et elle sait y faire puisque Tanya Tate a décroché le titre fort disputée de performeuse MILF 2011 aux AVN. Elle lui suçote savamment le gland tout en lui chatouillant ses couilles. Elle a un petit regard de renarde très cochonne. Sa fellation est très salivante. Toute en gorge profonde, voire à la limite du ' puke '. Cela réjouira les adeptes de la bave.

Il la prend ensuite en levrette et visiblement, Tanya Tate se réjouit d’être travaillée au corps par le fier ( et long ) mandrin du légendaire acteur Randy Spears ( il est aux Hall of Fame de Las Vegas depuis 2002 et a tourné dans plus de 900 films depuis 1987 ), inoubliable chef barbare dans ' The New Barbarians ', qui dévoile pour moi la meilleure scène lesbienne de tous les temps entre Victoria Paris et Sabrina Dawn . Randy pénètre ensuite Tanya Tate en face cam. Puis, après une nouvelle gorge profonde impressionnante de la belle, Randy Spears s’assoit dans un fauteuil et prend en face cam Tanya Tate qui sautille allégrement sur son sexe en gémissant de plaisir. Puis elle pose ses deux pieds sur les genoux de son partenaire pour coulisser ainsi sur sa bite, en une position souple et excitante. Il se finit en elle en face cam, Tanya Tate allongée sur une table du laboratoire. Son sperme macule les lèvres de sa compagne.

On retrouve David Banner dans la machine que commande cette fois Elaina. Au même moment, Jack Mc Gee parvient à rentrer par effraction dans le bâtiment. Tout se déroule comme dans la série, et on a alors grave peur pour la pauvre Docteur Marks…

Jack explore le complexe, et visite notamment la cabine tantôt démolie par Hulk . Il se cache lorsqu’arrivent le Dr Banner et Elaina. Mais il renverse un flacon d’alcool inflammable, et le bruit produit le fait bientôt découvrir par Brune Banner.

Pendant que David reconduit sans ménagement le bandit à l’extérieur, Elaina reste dans le laboratoire sans se douter du drame à venir.

Le laboratoire explose. Bruce voit Elaina coincé sous un gros bloc de pierre. Cela l’énerve, et Hulk émerge en lui en vociférant comme un troupeau d’éléphant.

Dans la série de 1977, Hulk arrive trop tard pour sauver Elaina.

Je vous laisse découvrir comment Vivid a choisi de donner épilogue à son histoire. Est-ce que Lily Labeau rencontrera le même pauvre destin que Tori Black ? Ou sera-t’elle sauvée à la dernière seconde par le géant vert… pour s’installer ensuite avec lui dans une grotte verte quelque part dans les vertes montagnes du coin pour y avoir pleins de petits monstres verts… ?

Vous le saurez si vous vous procurez … ' The Incredible Hulk XXX : A Porn Parody ' !

Pour nous, voici venu le moment du bilan promis.

Sans conteste, les deux moments les plus dramatiques de l’histoire autour de l’Incroyable Hulk, version Marvel comme version Vivid, sont d’une part l’accident causant la mort de Laura Banner – ici Tori Black – et la terrible expérience entrainant la transformation du Dr Banner en Hulk . Vivid a eu le génie de faire de ces deux moments l’introduction de chacun des deux DVD. Il a également eu la présence d’esprit de faire des deux DVD un peu les deux actes du même drame. Le premier DVD est somme toute tout dédié aux recherches préliminaires – à très forte connotation sexuelle - du Dr Banner et d’Elaina … et le deuxième DVD est quant à lui tout dédié aux prouesses – sexuelles mais pas que - de Hulk lui-même. Le tout démontre une vraie intelligence dans le montage du film.

Au niveau Hard, ' Hulk XXX ' a beau se contenter du politiquement correct vaginal exclusivement – ce qui déplaira à certains adeptes de l’anal mais est bien sûr une volonté d’ouverture à un plus grand public, notamment féminin – il fait très fort grâce à des performeuses exceptionnelles, et SuperStars de surcroit, et des scènes bien pensées, ayant de plus le mérite de toujours faire corps avec l’intrigue du film.

Celui-ci fait donc mouche, et entrainera l’heureux spectateur dans des décors justes et souvent très chics : de belles chambres d’hôtel de charme, un superbe chalet… des véhicules d’époque et un vrai laboratoire ayant le bon goût d’être constitué d’éléments des années 80 – pour mieux parodier la série…

Je reviens enfin sur les exceptionnels – pour le milieu pornographique s’entend – performances d’acteur développées pour le film par Dale Dabone – Batman dans Batman XXX - et Lily Labeau . Plus encore que sur Tori Black , pourtant un véritable atout également, le film repose sur eux deux. Et ils s’en tirent remarquablement bien. Sans fausse note, et avec les justes expressions, pourtant très nombreuses.

Ils démontrent rien qu’eux deux une fois encore qu’on peut être Acteur ( Actrice ) Porno tout en étant un bon Acteur ( Actrice ). Ce genre de démonstration ne peut que faire du bien à cette industrie. Et j’oserais le dire, à tout le cinéma dans son vaste ensemble. De fait, de nombreux réalisateurs, et pas des moindres, le savent bien, tel Steven Soderbergh ayant dernièrement fait jouer Sasha Grey ( meilleure performeuse 2009 aux AVN ) dans ' The Girlfriend Experience ' ou pour chez nous d’une part le duo Dist de Kaerth et Christophe Trent Berthemin ayant fait jouer dans ' Echap ' pas moins de 4 actrices ou ex-actrices porno françaises ( Anna Polina l’actuelle Dorcel Girl , Eliska Cross , Graziella Diamond et Lavandra May), et d’autre part Jack Tyler ayant donné, sous le nom d’ Emmanuel Sylvestre , un beau rôle à Liza Del Sierra dans son ' Villa Captive ' dont l’avant-première a été justement projeté hier au Nouveau Latina. Et tant d’autres … Comme les belles Raffaëla Anderson et la pauvre Karen Lancaume dans Baise-Moi de Virginie Despentes et Coralie Trinh Thi ou encore Rocco Siffredi dans ' Romance ' de Catherine Breillat. Ou récemment Phil Holiday , Angell Summers , Penelope Tiger , Lola Bruna et Angels Sydney dans le feuilleton Xanadu. Il y a des dizaines, des centaines mêmes d’autres exemples bien entendu. On n’en aurait pas fini si on commençait à citer la filmographie dite traditionnelle de Brigitte Lahaie… mais cessons là cette sympathique digression et revenons à notre géant vert.

Pour toutes ces nombreuses qualités, son casting d’Actrices quasiment toutes distinguées un jour ou l’autre aux AVN Awards , ses effets spectaculaires, son humour jamais grossier, pour la fidélité extrême à la série d’origine et donc à ses fans, contredisez-moi si vous voulez, mais je crois que ' The Incredible Hulk XXX : A Porn Parody ' va faire sensation aux prochains AVN de Las Vegas mais également dans le patrimoine pornographique mondial. A suivre donc.

Je tiens enfin à dire un mot sur le DVD … Personnellement, c’est la plus belle jaquette qui m’ait été donné à voir depuis ' Pirates 2 ' de Digital Playground. Et aussi la plus belle présentation. Très logiquement, ce film d’une longueur impressionnante ( plus de 4 heures ! ) propose de splendides bonus, dont un making of aussi instructif qu’élogieux envers les interprètes, montrant l’ampleur de l’ambition de Vivid sur ce projet. Et offrant de splendides moments intimes avec les stars qu’ils produisent ici.

On a également un très bel album Photo soutenu par la bande originale du film. Cela permet de voir un peu plus la merveilleuse Tori Black , dont on serait tenté de regretter l’absence. C’est d’ailleurs certainement voulu. Cela participe à l’atmosphère unique du film. Et à son soubassement éminemment dramatique.

Rappelons-le … Vivid sous-titre cet OPNI ( Objet Pornographique Non Identifiée) " A B SKOW Breakout Hit ! ". C’est pour ma part tout sauf injustifié, malgré quelques approximations et choix certes acceptables mais trahissant un budget certes ' très gros ' mais uniquement d’un point de vue pornographique. On est bien sûr loin du budget des films de super héros que produisent Disney et Marvel en ce moment même, dans lesquels Hulk est un des pivots principaux.

A venir dans Vivid Superheroes : ' The Green Hornet ', ' Spider-Man ', ' Wonder Woman ', ' Captain America ' et ' Thor '

Bon spectacle à tous et à toutes. Et à très vite pour une prochaine chronique.

Le Film ' The Incredible Hulk XXX a Porn Parody '
Vivid

Durée : 251 mn (deux DVD de 2h environ)

Réalisé par B Skow

Avec Lily Labeau , Tori Black , Alexis Texas , Sara Stone , Lexi Belle , Gracie Glam , Dale Labone , Marie Luv , Alec Night , Zoe Voss , India Summer , Katie St Ives , Tanya Tate , Anthony Rosano , Ralph Long , Randy Spears et Lee Stone

Pour Voir le Film ' The Incredible Hulk XXX a Porn Parody '  sur Vivid.com



© Vivid.com ( ' The Incredible Hulk XXX a Porn Parody ' )

22-06-2011 par Flesh



<< Précédente
Suivante >>



Retour à l'accueil des news



XStarsNews

Vidéo X du Jour
Mathilde : On va dépuceler du cul Mathilde, la fille du fleuriste ! 3
Mathilde

Vidéo Explicite
Star du X
Angela Kiss

X Star du Jour
Lela Star star porno
Lela Star

Coup de Coeur
Vidéo x Gratuit

Nouvelles Galeries Gratuites
galerie photos gratuites Sisley Haim
Sisley Haim
galerie photos gratuites Jessie Volt
Jessie Volt
galerie photos gratuites Aidra Fox
Aidra Fox
galerie photos gratuites Abella Danger
Abella Danger
galerie photos gratuites Keisha Grey
Keisha Grey
galerie photos gratuites Casey Calvert
Casey Calvert

TOP Videos X
Kenza Suck : Mêlée des corps et positions chaudes


Partenaires

X Stars World
Vidéos Stars du X

XStarsVOD
XStarsDvdX

Dorcel TV

MMM100

Videos Dorcel

Videos Porno

Videos Porno a Télécharger

BangBros

Au theatre Sucoir

EuroBabeIndex

Egafd

The Floating World

Eropolis

Erotix Mons

Film Porno du Jour
Barbarella XXX
Barbarella XXX

XStarsNews sur LSFRadio

Indécentes Voisines



X Stars XStarsWorld

© 2006-2016 XStarsNews

Infos Légales Liens Sexe Guest-Book Sondage X Stars Top Bannieres Flux RSS Contacts